Untitled Document
 
 
 
 
 
 

« J'étais assise dans ma voiture, coincée dans les embouteillages. Tout à coup, mon cœur s'est emballé, j'ai senti mes mains et mes pieds s'engourdir et c'était comme si je n'arrivais plus à respirer. Autour de moi, tout m'est apparu soudainement irréel et je me suis demandé si je n'étais pas en train de sombrer dans la folie. Mes mains se sont mises à trembler violemment sur le volant. C'était comme s'il fallait que je sorte à tout prix de ma voiture et que je m'enfuie. J'étais complètement terrifiée. »

Les attaques de panique sont des crises de peur intenses qui semblent souvent surgir de nulle part et qui atteignent leur paroxysme en dix minutes et parfois même plus rapidement. Ces crises de panique se produisent lorsque notre système d'alarme interne est déclenché devant une menace donnée et que notre corps se prépare à la combattre ou à la fuir; il s'agit en fait d'un mécanisme de survie qu'on appelle « réaction de lutte ou de fuite ». Le déclenchement de ce système d'alarme provoque, en général, toute une série de symptômes physiques et cognitifs, parfois très envahissants.

L'attaque de panique se diagnostique par la présence simultanée d'au moins quatre des symptômes ci-dessous :

  1. Sensations de souffle coupé ou d'étouffement
  2. Étourdissements, sensations d'instabilité ou impression d'évanouissement
  3. Palpitations ou accélération du battement cardiaque
  4. Tremblements
  5. Transpiration
  6. Sensations d'étranglement
  7. Nausées ou malaises abdominaux
  8. Dépersonnalisation (sensation que votre propre corps est irréel) ou déréalisation (sensation que votre environnement n'est pas réel)
  9. Engourdissements ou picotements dans une ou plusieurs parties du corps
  10. Bouffées de chaleur ou frissons
  11. Douleur ou gêne dans la poitrine
  12. Peur de mourir
  13. Peur de devenir fou ou de perdre la maîtrise de soi
  14. Besoin de fuir à tout prix
  15. Sentiment de danger imminent

Qu'est-ce que le trouble panique?

Le trouble panique s'installe chez un individu qui, après avoir subi une première attaque de panique surgie de nulle part, commence à éprouver des périodes d'inquiétude parce qu'il redoute de subir d'autres crises de ce genre.  Il appréhende aussi les conséquences de telles crises sur lui-même (crainte de mourir, crainte de perdre la maîtrise de soi). Cette situation a pour conséquence de produire d'importants changements de comportement (comme l'évitement de choses ou de situations qui pourraient générer de l'anxiété).  

Certaines personnes ont des crises de panique, sans jamais être atteintes du trouble panique. D'autres, par contre, subissent de très nombreuses crises de panique. Ce phénomène pourrait s'expliquer par une combinaison de divers facteurs comme une prédisposition génétique, des expériences vécues dans l'enfance et certaines difficultés rencontrées au cours de la vie.   

L'agoraphobie

Les attaques de panique sont souvent si accablantes que les gens qui en sont victimes feront l'impossible pour éviter qu'elles ne se reproduisent. Ce comportement de fuite s'appelle agoraphobie. On pense souvent que le terme agoraphobie désigne la peur des foules ou des grands espaces, mais en fait, l'agoraphobie est la peur de connaître une crise de panique dans des situations où il paraît impossible de s'échapper.

On comprend aisément que ce comportement d'évitement puisse créer un cercle vicieux. Par exemple, si une personne subit une attaque de panique dans une épicerie, il est possible qu'elle ait peur de sortir magasiner. Si elle connaît une autre crise de panique à l'épicerie, elle pourrait éviter d'y retourner et décider de faire son marché plutôt par internet ou du moins s'abstenir d'y aller pendant les heures de grande affluence. Autre exemple, si un individu subit une attaque de panique dans sa voiture, il pourrait éviter de prendre sa voiture et envisager de prendre l'autobus. Il s'agit là de tentatives compréhensibles de solutions visant à éviter de subir une crise de panique, car cette expérience est traumatisante et effrayante. Cependant, avec le temps, l'adoption de tels comportements peut devenir très contraignante, tout en ayant des répercussions négatives sur l'estime de soi, les relations avec les autres, le travail ou la joie de vivre.

Si vous pensez être atteint d'un trouble panique avec ou sans agoraphobie, parlez-en à votre médecin de famille, votre psychologue ou votre psychiatre.

Pour avoir des renseignements supplémentaires sur les solutions de traitement, veuillez consulter le lien Le traitement de ce site Web.


 

 

 
  Untitled Document
 
 
 
 

Par courriel:
contactus@anxietycanada.ca

 


Copyright©2007 Association Canadienne des Troubles Anxieux, Tous droits réservés

Déni : L'inclusion des hyperliens externes ne constitue pas l'approbation, la recommandation, ou l'approbation de ces emplacements ou de leur contenu. Ce site Web ne porte aucune responsabilité de l'exactitude, de la légalité ou de la teneur des emplacements externes ou de cela des liens suivants. Ceux qui visitent ou emploient ce site Web, les liens, ou n'importe quelle autre information assument tous les risques associés en conséquence.